Oui je n’ai pas d’expérience, mais ça se soigne !



Inscrivez-vous ou connectez-vous pour voir le micro-cours
2:49

Résumé du micro-cours


Oui je n’ai pas d’expérience, mais ça se soigne ! Vous avez déjà essuyé des refus par manque d’expérience. Vous doutez peut être vous-même d’une totale opérationnalité lors de votre prise de poste. Alors comment convaincre un recruteur quand soi-même on a des craintes ?

Rassurez-vous, même quand on est expérimenté et que l’on change de poste on se sent revenu à cette étape. Alors peu ou pas expérimenté, il faut savoir mettre en avant son expérience, même si elle est minime. Pour un recruteur, l’inquiétude peut être de plusieurs niveaux. Tout d’abord, il cherche à mesurer votre opérationnalité. Soyons clair, on ne recherche pas une personne qui connait déjà tout sur tout dès la sortie de l’école. On cherche en revanche à mesurer ses axes de progression. Le chemin va-t-il être long ? Prenons un exemple, si vous ne maitrisez pas un logiciel en particulier, comme SAGE paye, vous allez en revanche montrer que vous êtes allé sur un module d’essai en ligne, que vous utilisiez d’autres logiciels assez proches. Si vous ne savez pas du tout quoi répondre, n’hésitez pas à poser des questions à votre interlocuteur. Cela lui montre que vous êtes en marche : voilà un argument favorable à votre candidature ! Autre inquiétude possible : votre jeunesse, votre maturité émotionnelle Il faut savoir que les jeunes diplômés et les personnes moins expérimentées ont tendance à demander plus d’encadrement, mais aussi à quitter leur poste lors des premières années. Il s’agit donc d’une réelle prise de risque pour un recruteur potentiel. Concrètement, l’écueil possible serait de vous former pour que vous partiez ensuite. Pour lever ce doute : préparez votre entretien de recrutement et vos candidatures de manière plus générale. Soyez attentifs à ce que recherche l’entreprise, au poste, à ce qu’il implique d’un point de vue d’investissement, de travail en équipe, d’environnement de travail. Montrez également que vous avez une idée, même encore vague, de votre projet professionnel à moyen terme et du lien avec le poste ciblé. Apprendre à parler de son expérience : un gage de réussite.

Pour valoriser votre expérience, même courte, apprenez à expliquer :

- La mission occupée dans votre stage

- Le service auquel vous étiez rattaché ou les liens que vous avez développés

- Donnez à voir les résultats de vos missions ou, encore mieux, des chiffres. Même si votre expérience est courte, vous pouvez au-moins nous indiquer si le projet a été validé, poursuivi. Dites ce que vous en avez retiré et compris. Vos jobs étudiants ou encore vos projets d’écoles et investissements associatifs peuvent venir renforcer votre discours.

Pour finir : marquez le coup avec vos qualités personnelles et votre motivation Pour cela, on parle de motivation pour l’entreprise, ses produits, son organisation mais aussi du poste en tant que tel. Pour chaque qualité personnelle évoquée, donnez-nous des exemples qui en attestent pour retenir notre attention. Dans le cas contraire, on est d’accord, on serait tous géniaux, mais rien pour le prouver.

Pour finir, n’oubliez pas que si vous êtes reçu en entretien c’est parce que votre profil colle au besoin ! Comme dit Socrate « ce que je sais c’est que je ne sais pas », alors par-tant de ce principe, on a toujours à apprendre, qu’on soit expérimenté ou pas.

Questions, commentaires ou remerciements


Anonyme
23 novembre 2017, 21h17
Vous devez être connecté pour poster un nouveau commentaire.
Cynthia V.
5 septembre 2016, 12h03
Je trouve votre vision des choses très romantique. Ce n'est pas si simple. Vous parlez de se défendre en entretien et c'est bien. Mais quid de l'avant entretien ? J'ai postulé sur des centaines de postes où mon CV est parti à la poubelle parce que "pas d'expérience" ou "expérience pas assez significative". Je le sais parce que j'ai pris le téléphone ou le mail pour demander des informations aux recruteurs.
Quant à dire "Si vous avez un entretien c'est que vous remplissez le pré-requis", pas toujours, j'ai aussi eu de mauvaises expériences sur ce point là.
Répondre
anne-marie B.
5 avril 2015, 18h41
Bref et clair !
Répondre